• Je suis allée à une soirée, maman,
    et je me suis souvenu de ce que tu m'avais dit.

    Tu m'avais dit de ne pas boire, maman,
    alors je n'ai pas bu avant de conduire, maman,
    même si les autres m'ont incitée.

    Je crois que j'ai fait la bonne chose, maman.

    Je sais que tu as toujours raison.

    Maintenant, la fête est presque terminée, maman,
    et tout le monde prend le volant.

    Quand je suis entrée dans mon auto, maman,
    j'ai su que je rentrerais à la maison en vie, car je t'ai écouté maman,
    je n'ai pas bu.

    J'ai commencé à conduire, maman,
    et comme je sortais pour prendre la route, l'autre auto ne m'a pas vue, maman,
    et elle m'a frappé.

    Je suis étendue sur le pavé, maman.

    J'ai entendu le policier dire que l'autre garàon était saoul, maman,
    et maintenant, je suis celle qui paye !

    Je suis couchée ici, en train de mourir, maman,
    j'espère que tu arriveras bient%uFFFDt.

    Comment ceci pouvait m'arriver à moi, maman ?

    Ma vie vient d'éclater comme un ballon.

    Je baigne dans mon sang, maman.

    J'entends les ambulanciers parler, maman,
    et je vais mourir dans peu de temps.

    Je voulais simplement te dire, maman :
    Je te jure que je n'ai pas bu !

    C'était les autres, maman.

    Les autres n'ont pas réfléchi.

    Ce garàon était probablement à la même soirée que moi.

    La seule différence, maman,
    c'est qu'il a bu et que c'est moi qui vais mourir...

    Je sens beaucoup de douleur maintenant.
    Le garàon qui m'a frappé marche, maman,
    et je ne crois pas que ce soit juste.

    Je suis étendue ici en train de mourir, maman,
    et il me regarde en me fixant...

    Dis à mon frère de ne pas pleurer maman.
    Dis à papa d'être brave maman.
     
    Et quand je serai au paradis, maman,
    tu écriras :
    la fille à papa, sur ma pierre tombale.

    Quelqu'un aurait dû lui dire, maman,
    de ne pas conduire s'il avait bu.

    Si seulement quelqu'un lui avait dit, maman,
    je serais encore vivante.

    Ma respiration devient de plus en plus courte, maman,
    et j'ai peur.

    S'il-te-plait, ne pleure pas maman.

    Quand j'avais besoin de toi tu étais toujours là maman.

    J'ai une dernière question avant de te dire adieu, maman:
    Je n'ai pas bu avant de conduire, maman.

    ALORS POURQUOI SUIS-JE CELLE QUI MEURT ?

    2 commentaires
  • C'est l'histoire de deux amis qui marchaient dans le désert. A un moment,
    ils se disputèrent et l'un des deux donna une gifle à l'autre. Ce dernier, endolori
    mais sans rien dire, écrivit dans le sable :
    "AUJOURD'HUI MON MEILLEUR AMI M'A DONNE UNE GIFLE."

    Ils continuèrent à marcher puis trouvèrent un oasis, dans lequel ils décidèrent de
    se baigner. Mais celui qui avait été giflé manqua de se noyer et son ami le sauva.
    Quand il se fut repris, il écrivit sur une pierre:
    "AUJOURD'HUI MON MEILLEUR AMI M'A SAUVE LA VIE.

    Celui qui avait donné la gifle et avait sauvé son ami lui demanda :
    "Quand je t'ai blessé tu as écrit sur le sable, et maintenant tu as écrit sur la pierre.
    Pourquoi?"
    L'autre ami répondit :
    "Quand quelqu'un nous blesse, nous devons l'écrire dans le sable, où les vents du
    pardon peuvent l'effacer. Mais quand quelqu'un fait quelque chose de bien pour nous,
    nous devons le graver dans la pierre, où aucun vent ne peut l'effacer."

    APPRENDS A ECRIRE TES BLESSURES DANS LE SABLE
    ET A GRAVER TES JOIES DANS LA PIERRE.

    votre commentaire
  • - Je ne dors pas en classe, je me repose.
    - Je ne me distrait pas, j'examine mes stylos.
    - Je ne parle pas en classe, j'échange mes opinions.
    - Je ne me repose pas en EPS, j'économise mon énergie.
    - Je ne dis pas de conneries, je développe mon lexique.
    - Je n'insulte pas les profs, je leur rappelle ce qu'ils sont.
    - Je ne lis pas en cours, je m'informe.
    - Je ne détruit pas l'établissement, je le décors à ma façon.
    - Je ne seche pas les cours, on m'appelle autre part.
    - Je ne mange pas de chewing-gum, je muscle ma machoire.

    2 commentaires
  • Une mère entre dans la chambre de sa fille et trouve une lettre sur son lit.
    Avec beaucoup de réticence, elle décide de la lire, les mains tremblantes.

    Chère maman,

    C'est avec regret et tristesse que je t'annonce que je me suis enfuie avec mon
    nouvel amoureux. J'ai trouvé la vraie passion et il est vraiment gentil, avec tous ses
    piercings, ses tatous et sa grosse moto. Ce n'est pas tout! Je suis enceinte et
    Ahmed dit que nous serons très heureux dans sa maison mobile, en pleine forêt.
    Il veut beaucoup d'enfants et moi, tu sais, c'est mon plus grand rêve.

    J'ai appris que la marijuana n'est pas néfaste et nous avons décidé d'en cultiver
    pour nous et nos amis qui nous fournissent en cocaïne et en ecstasy.

    Je te demande de joindre tes prières aux nôtres pour que la science trouve
    un remède au SIDA : Ahmed mérite vraiment de guérir.
    Surtout maman, ne t'inquiète pas. J'ai 15ans et je sais prendre soin de moi.
    Je te visiterai un jour pour te présenter tes petits-enfants.

    Ta fille qui t'aime,
    Julie

    Ps : Maman, tout ça n'est qu'une blague. Je suis chez Mélanie.
    Je voulais te montrer qu'il y a des choses pires que des
    mauvaises notes sur un bulletin. Tu trouveras le mien sur ma commode.
    Bisous.

    1 commentaire
  • Texte 1

    - Maman c'est quoi l'amour?
    - C'est les sentiments qu'il y a entre papa et moi.

    - Maman c'est quoi la vie?
    - C'est le moment pendant lequel ton coeur bat.

    - Maman c'est quoi l'éternité?
    - C'est quelque chose qui ne se fini jamais.

    - Maman tu m'aimeras pour l'éternité toi?
    - Mais oui, bien sur mon chéri.

    - Maman tu crois que je peux vivre à côté de toi pour l'éternité?
    - Dans ton coeur tu le peux.

    - Mais maman c'est quoi la mort?
    - C'est là où mamie dort.

    - Et de là bas elle nous aime encore?
    - Oui pour toujours.

    - Maman quand je serai mort je t'aimerais toujours. Toi aussi?
    - Mon chéri, tu a longtemps a vivre avant de mourir alors ne pense pas a ça.

    - Mais tu m aimera?
    - Oui, toujours

    - Maman c'est quand que tu vas mourir?
    - Dans pas longtemps.

    - Mais pourquoi?
    - Parce qu'un vilain monsieur il m'a fait quelque chose de pas bien.

    - Qu'est ce qu'il t'a fait?
    - Il m'a blessé avec un couteau.

    - Pourquoi il a fait ça maman?
    - Parce qu'on n'est pas comme lui.

    - C'est quoi la différence maman?
    - La couleur de la peau.

    - Mais maman, je ne comprends pas, la couleur de cheveux n'est pas la même non plus.
    - Je sais.

    - Et on a tous un coeur, nous sommes pareille puisqu'on a tous un coeur...
    - Je sais.

    - Et c'est a cause de lui que tu es allongée ici?
    - Oui mon ange.

    - Mais c'est où ici?
    - C'est l'hopital.

    - Maman j'ai peur...
    - Non, il ne faut pas avoir peur.

    - Mais maman je veux pas que tu parte...
    - Un jour on se reverra.

    - Dans longtemps?
    - Je l'espère.

    - Pourquoi?
    - Car je veux que tu profite de la vie

    - Maman je t'aime...
    - ...

    - Maman ?
    - ...

    -  Maman ?
    - ...

    - Maman.........

    Texte 2


    Nous nous sommes rencontrés sur le net, il y a quelques mois.
    Nous avons appris à nous connaître, tout en restant chez soi.
    Puis, nous nous sommes envoyés des lettres, tu étais là pour moi, j'étais là pour toi.
    Nous passions des heures devant notre écran, devant nos papiers à s'écrire, à se parler.
    Une grande passion nous animait, est-ce l'amour qui venait d'arriver
    On a commencé à s'appeler, ta voix m'a fait rêver.
    Je me souviens qu'on arrêtait pas de rigoler, avec toi j'oubliais tous mes problèmes.
    Avec toi, je n'étais plus moi même.
    Tu me disais que j'étais l'homme de ta vie, tu étais heureuse et pleine de vie.
    Tu voulais fonder une famille avec moi,
    On parlait même d'une fille qu'on aurait appelé Laura.
    Tu me disais tout le temps que tu m'aimais.
    On avais les mêmes idées, les mêmes projets.
    On était pareils tous les deux, avec toi je volais dans les cieux.
    Un jour on décida de se rencontrer.
    Et là, tout s'est effondré quand tu m'as vu.
    Tu t'es mise à pleurer tu es partie, parce que j'étais noir !
    Je ne t'ai plus jamais revu, j'ai compris que tu ne m'aimais plus !

    Texte écrit par Kévin aka Fresh Life

    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires